L’enseignement supérieur français pour les nuls !

L’enseignement supérieur français pour les nuls !

En France, l’enseignement supérieur est organisé selon le système LMD (Licence-Master-Doctorat). Ce système est commun à l’enseignement universitaire dans tous les pays européens participant au processus de Bologne, y compris la France.

Il existe 3 principaux types de diplômes universitaires en France

Ce sont évidemment la Licence, le Master et le Doctorat.

La licence (L1, L2, L3) est un diplôme de premier cycle délivré après une période d’études de 6 semestres (3 ans), alors que le master (M1, M2) est un diplôme de deuxième cycle délivré après une période d’études de 2 ans (un total de 5 ans d’études). Le doctorat est, quant à lui, décerné après une période d’études de 16 semestres (3 ans, soit un total de 8 ans d’études).

Master recherche vs master professionnel

En effet, il existe deux types de master : le master recherche qui permet aux étudiants d’envisager des études doctorales, et le master professionnel qui prépare les étudiants au monde du travail.

Cependant, master est généralement défini selon un domaine d’études, une spécialisation et un parcours, comme vous pouvez le constater sur http://www.specialisations-idrac.com/. Le diplôme d’ingénieur est un diplôme national. L’Institut national des qualifications d’ingénieur accrédite les écoles d’ingénieurs, ce qui leur permet de délivrer ces diplômes.

Le système des équivalences

En France, aucun système d’équivalence prédéterminé entre les diplômes français et étrangers n’est officiellement reconnu. Chaque institution est donc libre de fixer ses propres critères d’admission et de prendre ses propres décisions en fonction des antécédents de chaque candidat et des exigences du programme auquel il souhaite être admis. Cette liberté permet aux établissements français de créer des cohortes d’étudiants bien qualifiés sans mettre en péril l’intégrité et la réputation de leurs cours.

Le système des crédits ECTS

Chaque module achevé donne droit à un certain nombre de crédits ECTS. 30 crédits sont requis pour valider un semestre et 60 pour valider une année universitaire. Les crédits, une fois attribués, ne peuvent plus être retirés : si une année doit être reprise, les crédits validés sont conservés l’année suivante et l’étudiant ne doit reprendre que les modules qui n’ont pas été validés l’année précédente.

Dans l’ensemble, l’enseignement supérieur français repose toujours sur une année complète (licence ou licence 1, master 2 par exemple) plutôt que sur des semestres.

Laisser un commentaire